Aus dem grauen Luftgebilde Tritt die Sonne klar und milde, Und die fromme Seele ahnt Gott im hehren Vaterland, Gott, den Herrn, im hehren Vaterland.
Ce jeu était un poisson d'avril.
E clomas, tger paeis composé en 1811 par, johann Rudolf Wyss (1743-1818 a été le premier hymne patriotique et le plus utilisé jusqu'en 1961.Les chanteurs de cette chanson utilisent la voix de tête et la voix de poitrine.Il n'y a pas de gagnant, mais des classes honorifiques (1er, 2e, 3e et 4e).Pour choeur, 4 solistes ET petit ensemble instrumental.



Le texte allemand de Leonhard Widmer (1809-1867) est le texte original.
Le cantique suisse obtint finalement son statut définitif le 1er avril 1981, le Conseil fédéral constatant qu'il s'agissait là d'un chant purement suisse, digne et solennel.
Utilisait le yodel comme signature sonore dans ses campagnes publicitaires.
Eure fromme Seele ahnt (bis) Gott im hehren Vaterland, Gott, den Herrn, im hehren Vaterland.
Internet et jeu vidéo modifier modifier le code Le site Internet Yahoo!En 2015, dans l'émission The Voice Kids, une petite fille du nom de Satine, âgée de 10 ans, a chanté «Il ma montré à Yodler».En dépit des nombreuses propositions, aucune des compositions en question ne rallie autant de voix que le chant de Zwyssig.Il a enregistré de très nombreux disques, dont certains importés en France.Join the Friends Association, by becoming a member of the Friends Association, you bring precious support to young musicians from around the world who present themselves at the Geneva Competition.Le deuxième hymne suisse, le, code promo playstation 4 cantique suisse, est quant à lui composé en 1841 par Alberich Zwyssig (1808-1854) avec les paroles de Leonhard Widmer (1809-1867).Après une période d'essai de trois ans avec un statut provisoire prolongé en 1965, le cantique suisse obtient le rang d'hymne national pour une période illimitée.



Des versions ont été écrites ensuite dans les deux autres langues officielles suisses, la version française est de Charles Chatelanat (1833-1907) et la version italienne de Camillo Valsangiacomo (1898-1978 mais celles-ci n'en sont pas des traductions, puisque le sens des textes diffère.
Depuis cette date il fut fréquemment chanté lors d'événements patriotiques où les chœurs d'hommes de tout le pays l'ajoutent à leur répertoire avec des traductions en Suisse romande et au Tessin.


[L_RANDNUM-10-999]